Bulletin N°1      Octobre 2009        

Bonjour à Toutes et à Tous.

Avant de vous informer sur nos actions et sur les méthodes que nous avons mises en œuvre pour nous opposer le plus efficacement possible au projet de carrière à proximité de notre village, je vous remercie chaleureusement pour votre adhésion à « ADCVA89 ». Vous êtes aujourd’hui plus de 200 personnes à nous faire confiance et à soutenir nos démarches.

Il nous était difficile jusqu’ici de vous informer davantage car il nous fallait d’abord avancer sur un certain nombre de points essentiels :

- Nous devions créer les meilleures conditions pour progresser le plus sérieusement possible sur le contenu scientifique des arguments que nous opposerons, si nécessaire, à l’étude d’impact sur laquelle travaille, pour les porteurs de projet, la société « Géoplus Environnement ».

- Nous souhaitions rencontrer Monsieur le Sous-préfet d’Avallon afin de nouer des relations avec les administrations, les organisations capables de nous écouter et éventuellement de nous apporter leur aide.

- Nous voulions informer nos élus du pourquoi de notre action et de nos intentions, Maires, Conseillers Généraux, Conseillers Régionaux, Députés, Sénateurs, agissant sur notre secteur géographique et à proximité.

- Il nous fallait également informer les acteurs locaux les plus représentatifs sur le plan environnemental comme le Parc Naturel Régional du Morvan, la coopérative viticole de Vézelay, les réserves naturelles, la fédération de Pêche de l’Yonne, les associations de défense du milieu naturel, etc.

- Par ailleurs, nous voulions éviter toute action précipitée qui aurait envenimé davantage le climat social de notre village en établissant entre nous une règle de conduite.

Enfin, je vous rappelle l’existence de notre site Internet adcva89 sur lequel vous trouverez d’autres informations.

Notre objectif étant de répondre, le moment venu, aux conclusions de l’étude d’impact des porteurs de projet, vous comprendrez que nous gardions pour nous-mêmes les résultats de nos travaux.

Je vous prie de croire que notre motivation n’a pas fléchi depuis les prémices de notre mouvement et que nous sommes toujours déterminés à faire obstacle à ce projet par tous les moyens légaux et dans le respect de la personne humaine.

Cordialement vôtre.

Le Président      
Michel HUET 

 

 


Quelques informations :

Nous sommes en relation directe avec Monsieur Mourad Chenaf Sous-Préfet d’Avallon. Nous échangeons par mail ou directement sur l’évolution de la situation. 
Il semblerait que le dépôt du projet soit repoussé de plusieurs mois…, à suivre. 
Vous trouverez en annexe le compte rendu de notre rencontre avec Monsieur le Sous-Préfet.

Le réseau hydrologique d’Asnières est très sensible. Certaines de nos recherches démontrent de la façon la plus nette, la grande qualité de l’eau de nos sources mais aussi la fragilité des réseaux naturels qui les alimentent. Nous avons la preuve du caractère exceptionnel du statut hydrologique de notre commune et des communes environnantes. Notre village est posé sur un trésor : la qualité et l’abondance de son eau même pendant une période de sécheresse importante comme celle que nous connaissons aujourd’hui.

Le paysage exceptionnel d’Asnières sous Bois se prolonge sous nos pieds à quelques dizaines de mètres de profondeur.

Nous avons inventorié de manière certaine la présence sur notre territoire dans tous les écosystèmes (forêt, prairie, culture, source, ruisseau, village) un très grand nombre d’espèces animales d’intérêt national et européen.

Nous possédons quelques biotopes d’un très grand intérêt floristique avec leurs cortèges de faune spécifique.
Malgré l’arrachage sauvage des haies de rives sur le parcours du ruisseau le Chamoux, qui traverse notre commune, nous y notons la présence d’espèces protégées.
Ces espèces sont désormais sur le fil du rasoir et doivent leur survie à l’apport des sources qui abaisse la température de l’eau. Cet arrachage est une menace pour ces espèces. Ces dernières ne trouvent plus l’ombre dont elles ont besoin. Elles subissent la prolifération de plantes aquatiques. La disparition de niches écologiques, consécutive à l’affaissement des rives qui ne sont plus retenues par les racines produites par les haies, aggrave leur situation.

Les dalles rocheuses sur lesquelles repose notre village semblent suffisamment massives et continues pour transmettre les vibrations générées par les tirs de mines. Nous travaillons activement pour vérifier cette question. Si c’est le cas, ces vibrations pourraient produire des dommages sur notre patrimoine bâti.

De plus, le rocher qui s’est détaché sur le chemin de l’église n’est pas une exception. Pour preuve voir l’article du L’Yonne républicaine daté du 14 mars 1966. Ces deux événements montrent la fragilité du terrain.

Des estimations officielles révèlent que l’exploitation d’une carrière à proximité d’Asnières sous Bois ferait chuter de 25 % au moins, la valeur de nos maisons.

Il est clair que le principal obstacle à cette carrière est le refus de cession des terrains correspondant à son implantation. Les surfaces que possède en théorie l’initiateur du projet sont aujourd’hui insuffisantes pour justifier économiquement le démarrage de l’exploitation.

 


Des membres de notre association assistent systématiquement aux réunions de la Communauté de Communes. Le projet de carrière à Asnières sous Bois ne semble toujours pas éveiller l’intérêt des personnalités présentes.

Les courriers expédiés à nos élus (Maires, Conseillers Généraux, Conseillers Régionaux, Députés, Sénateurs, agissant sur notre secteur géographique et à proximité) le 17 septembre 2009 sont, à ce jour, restés sans réponse. Vous trouverez en annexe le contenu de cette lettre.

Nous avons rencontré Monsieur le Directeur du Parc Régional du Morvan. Cette rencontre fut amicale et constructive. Vous trouverez en annexe notre lettre de remerciements au retour de cette réunion.

Monsieur Dowey Graham, le Président du Comité des Fêtes d’Asnières sous Bois tente de nous faire « porter le chapeau » de l’échec de la Fête 2009 d’ Asnières sous-Bois. En annexe vous trouverez son courrier et notre réponse.

Nous nous entourons des conseils avisés de deux cabinets d’avocats, l’un concernant les problèmes environnementaux, l’autre est spécialisé en droit administratif.

Les textes que nous éditons sont vus et validés par le bureau de notre association.
Ces documents sont enregistrés de telle sorte que tout autre document rendu public par n’importe quel moyen et ne portant pas ce numéro d’enregistrement ne peut se prévaloir d’être produit par notre association.

Sommaire des annexes :

- commentaires du secrétaire, de la trésorière, du responsable de notre site Internet.
- compte-rendu de l’entretien avec Monsieur le Sous Préfet.
- lettre adressée aux élus.
- lettre au directeur du Parc du Morvan.
- courrier que nous avons reçu du Comité des Fêtes d’Asnières sous-Bois.
- réponse à ce courrier.
- reportage de Gilles sur notre participation au Vide Grenier.

 


Mesdames, Messieurs.

Avant tout un grand merci à tous nos adhérents et particulièrement à ceux qui par leur travail de professionnel s’investissent pleinement.

Ce projet d’implantation de carrière si près du village s’avère une aberration écologique et humaine.

Nous serons toujours présents pour informer, dialoguer, et essayerons le mieux possible de répondre à vos attentes.

Le secrétaire

Marc Chassende

***

En ces temps de crises économiques qui durent, l’argent peut-il être le Maître du jeu de nos décisions et de nos choix ? L’annonce d’une possible carrière a été un grand choc émotionnel pour tous.

Par votre générosité pour soutenir notre combat, l’affluence des adhésions, la mobilisation immédiate et puissante, nous prouve, que le réveil citoyen et humaniste peut être rapide.

La vraie Richesse de notre terre c’est le cœur et l’esprit des hommes qui l’habitent.

La trésorière

Régine Dubois

***

Site de l'ADCVA89

Notez l'adresse de notre site Internet : http://pagesperso-orange.fr/ADCVA89/ , également accessible par Google en composant ADCVA89.

Vous y trouverez l'historique du projet de carrière, les comptes rendus de nos manifestations, cartes et coupures de presse, photos et peintures du village ...

Plusieurs adhérents y apportent régulièrement documentation, textes, illustrations, en assurent la mise en page. 

Consultez-le pour vous informer des derniers développements. Signalez-le à vos amis.

Robert Mellet

 

 

 

 Rencontre avec Monsieur le Sous-Préfet d'Avallon

***

Après la réunion du 8 juillet 2009, Monsieur Chenaf, Sous-Préfet d'Avallon, avait demandé à rencontrer le Président de notre future Association. Dès qu'elle fut constituée, rendez-vous a été pris pour le 17 Août
En voici le compte-rendu.

 

Madame, Monsieur,

  Trois représentants de notre association dont je fais parti, ont répondu le 17 août dernier à l’invitation de Monsieur Mourad Chenaf Sous-préfet d’Avallon. Nous lui avons expliqué, comme il le souhaitait, les raisons de notre opposition à l’implantation de la carrière industrielle « en dent creuse » sur le territoire d’Asnières sous Bois, au cœur du Vézelien.

  Comme nous l’avons fait ensemble à l’occasion de notre rencontre du 8 août 2009 dans la salle communale d’Asnières, nous lui avons présenté les absurdités de ce projet (sans précédent dans le Vézelien) et les conséquences dévastatrices qu’il engendrerait pour les habitants et pour notre patrimoine culturel et naturel. Nous avons échangé longuement et concrètement de manière très sereine sur toutes les questions déjà débattues entre nous, lors de nos réunions.

  Au delà des nuisances inhérentes aux carrières à ciel ouvert (poussières, bruits etc.) nous avons beaucoup insisté sur plusieurs points essentiels :
- les conséquences que pourraient avoir les tirs de mines sur le régime de notre source et sur notre patrimoine bâti.
- les risques engendrés par le passage des camions. 
- les effets dévastateurs que pourrait avoir cette carrière sur la biodiversité de notre région qui possède des espèces protégées ( flore et faune ) mais aussi sur nos paysages , le tourisme et sur d’éventuelles initiatives économiques de développement durable qui pourraient produire des emplois dans le secteur et renforcer sa réputation internationale de « Région Verte et Culturelle ».

  Nous avons convenu de nous rencontrer à nouveau, quand cela sera nécessaire et de nous joindre directement et sans intermédiaire.

  Nous sommes entièrement satisfaits de cet entretien constructif, au cours du quel Monsieur le sous Préfet d’Avallon a salué la qualité de notre travail et la force de nos arguments.

Michel HUET
Président de ADCVA89 

 

 

 

 Lettre aux Elus

***

Madame, Monsieur,

 

L’implantation d’une carrière industrielle en « dent creuse », est projetée sur le territoire de la commune d’Asnières sous-Bois, au beau milieu du Vézelien. Vous ne devez pas ignorer les conséquences dévastatrices d’un tel projet, sur la santé et la sécurité des habitants, sur la richesse de la biodiversité qui recèle des espèces protégées (flore et faune), sur la réputation de notre territoire connu mondialement pour son patrimoine culturel et naturel exceptionnel, sur son cadre de vie dont la réputation a franchi nos frontières. Vous ne pouvez pas davantage ignorer les dégâts irrémédiablement produits par les tirs de mines sur le réseau d’eau naturel qui résulte du travail d’érosion pendant des dizaines de millions d’années. Vous comprenez également que la valeur du patrimoine immobilier de toute une région s’effondrerait si ce projet aboutissait. Que dire encore des effets produits par les poussières, par exemple sur le vignoble de Vézelay très proche, situé sur la trajectoire des vents dominants.

La presse écrite, la radio et la télévision ont largement relayé le travail de notre Association constituée d’habitants d’Asnières et des communes avoisinantes également concernées par les nuisances. Déjà presque 200 personnes, soit natives des villages, soit de nouveaux arrivants qui ont choisi de s’installer dans le secteur pour sa quiétude et la qualité de son environnement, ont adhéré à notre association.

Nos adhérents sont cultivateurs, scientifiques, enseignants, artistes, architectes, géologues, hydrogéologues, économistes, naturalistes, professionnels de la communication et beaucoup de personnalités, tous disponibles pour travailler ensemble contre ce projet de carrière.

Monsieur le Sous Préfet d’Avallon a souhaité nous rencontrer le 17 août dernier. Nous en avons profité pour lui remettre l’étude approfondie que nous avons réalisée. Cet important travail démontre l’absurdité de ce projet et les risques qu’il pourrait engendrer pour la population et l’environnement. Nous lui avons également remis un ensemble d’éléments techniques et réglementaires propres à notre région ainsi qu’un dossier de presse écrite, radio et télévisée déjà très fourni. Nous vous informons qu’un site internet : ADCVA89 est déjà disponible et que cette passerelle avec le grand public et la presse s’enrichit de jour de jour.

Nous sommes convaincus qu’il est nécessaire de travailler au développement économique de notre commune et des environs à condition qu’il s’inscrive dans une politique de développement durable et qu’il préserve le patrimoine naturel et culturel du Vézelien. Nous nous sommes collectivement penchés sur cette question et nous avons ouvert des pistes de travail en nous appuyant également sur des compétences extérieures. Nous aurons des propositions à formuler ultérieurement. Mais pour le moment, nous consacrons l’essentiel de notre investissement au retrait de ce projet de carrière industrielle dont l’exploitation est proposée pour 30 ans.

Nous espérons, Madame, Monsieur, vous rencontrer dès que possible ou nous entretenir avec vous pour expliquer les raisons de notre opposition à ce projet de carrière qui, en plus, est absurde sur le plan économique.

Nous vous prions, Madame, Monsieur, d’accepter nos meilleures salutations.

Michel HUET

Président de ADCVA89

 

 

  

 Lettre au Directeur du Parc Naturel Régional du Morvan

***

Monsieur Jean Philippe Caumont

Directeur du PNR

Monsieur,

Je vous remercie pour la qualité de votre accueil. Nous avons bien compris que ce projet de carrière en « dent creuse » sur la commune d’Asnières sous Bois, en limite du PNR du Morvan vous préoccupait également.

Notre association (ADCVA 89) travaille activement à l’évaluation des dommages que produirait cette exploitation à ciel ouvert sur la qualité de nos paysages, sur la biodiversité mais également sur le bien-être des habitants de notre petite commune.

Comme vous le savez je suis naturaliste. Depuis un grand nombre d’années je réalise des inventaires (faune et flore) sur le territoire de la commune d’Asnières sou-Bois.

Si pour le moment je n’ai pas trouvé de flore protégée, j’ai à l’inverse localisé une pelouse en milieu calcaire qui justifierait la visite de botanistes.

J’ai identifié formellement de nombreuses espèces animales protégées par la réglementation française et européenne. Bien entendu, ces observations mériteraient d’être validées par des spécialistes du PNR du Morvan. Cela vous paraît-il possible alors que notre commune se trouve en dehors des limites du PNR.

Je vous livre une autre information, Monsieur Blatter Olivier qui appartient à la fédération de l’Yonne pour la pêche et la protection du milieu aquatique nous a remi une étude complète sur le ruisseau le Chamoux. Ce petit cours d’eau qui traverse notre commune est en première catégorie. Il abrite malgré l’arrachage sauvage des haies de rives, de nombreuses espèces remarquables, comme le chabot, la lamproie de planer, la truite fario, l’épinoche, la loche franche etc.…

Dans un film documentaire réalisé pour « France 3 » dont le thème était « la trame des paysages » j’avais, en survolant le ruisseau le  Chamoux,   souligné que l’arrachage sauvage des haies de rives supprimait l’ombre nécessaire à la faune piscicole, mais aussi engendrait un effondrement des rives et la prolifération d’herbes aquatiques.

Comme nous vous l’avons promis, nous vous adresserons prochainement un récapitulatif de notre travail. Nous progressons sur ces dossiers de manière scientifique avec l’aide de spécialistes.

Nous procédons pour le moment à une mise à jour de ces documents.

Encore une fois merci pour votre soutien.

Je vous prie d’accepter monsieur Jean-Philippe Caumont mes cordiales salutations.

Michel HUET

 

 

 

Courrier du Président du Comité de Fêtes

***

 

 

 

Réponse adressée à Monsieur le Président du Comité des Fêtes

***

Asnières sous-bois le 1er octobre 2009

Monsieur Michel Huet
Président de l’ADCVA 89
à
Monsieur le Président du Comité des Fêtes d’Asnières-sous-Bois

 

 

Suite à votre courrier reçu le 26 septembre 2009 (plus d’un mois après la journée du vide grenier), je souhaite vous apporter les précisions suivantes :
- volontairement nous n’avons pas voulu installer notre stand, le 22 août, lors de la fête patronale que nous savions être organisée par votre comité des fêtes. Si la fréquentation n’a pas répondu à votre espérance, nous n’en sommes pas responsables. Peut-être devriez- vous en chercher la cause ailleurs …
- le matin de l’installation du vide grenier, le 23 août, aucune trace au sol, aucun panneau ne laissait supposer que cet emplacement était réservé. Si tel avait été le cas, nous l’aurions respecté.

L’endroit était adapté car le vide grenier est une animation ouverte à tout public. Notre présence sur la place a suscité un vif intérêt mais n’a, en aucun cas, crée de perturbation.

Si votre recette ne vous paraît pas suffisante, il faut vous poser les bonnes questions sans essayer de faire porter la responsabilité sur notre association qui n’a, en aucun cas, voulu vous nuire. Notre seul but était d’informer les visiteurs d’ailleurs venus très nombreux en ce 23 août ensoleillé.

Recevez, Monsieur le Président, mes salutations.

 

Michel HUET

 

 

 

Vide Grenier du 23 août 2009

  Il fait beau, il fait chaud, après la fraîcheur du matin l'été reprend le dessus, les oiseaux chantent, la cloche égrène le temps qui passe et les gens se lèvent et se préparent ; c'est la fête, la fête d'Asnières, cette fête que tout le monde attend pour se retrouver, pour partager un moment convivial, tous ensemble.

  Les enfants attendent le chamboule-tout et la pêche aux cadeaux, les jeunes viennent prendre leur revanche au tir à la carabine, les grands vont enfin essayer de trouver le poids du jambon ou le bon nombre de bouchons et les anciens se rappellent que dans le temps il y avait plus de vélos fleuris.

  Comme tous les ans les crêpes sont excellentes, le barbecue fume toujours dans le mauvais sens et l'incontournable buvette ferme le bas de la place.

  Et puis il y aura le feu d'artifice et le bal, en attendant le vide-grenier avec tous ses trésors cachés.

  Tout est en place pour un beau week-end d'été.

  Que du bonheur !

  Et pourtant !...

  J'ai la boule au ventre !

  Il y a quelque chose qui cloche, le ciel n'est pas aussi bleu, le soleil ne brille pas autant, même le croissant moelleux ne passe pas aussi bien avec le café, des banderoles ont pris place sur les façades des maisons, des tee-shirt blancs apparaissent sur le dos des gens (et d'un chien aussi !), il y a un stand d'un genre nouveau au centre de la place, on se rassemble autour, on regarde, on lit, on écoute, on parle, on partage, on pose des questions.

  Chacun veut comprendre : pourquoi et comment en sommes-nous arrivés là ?


 

  Mais non, en fait, la question est plutôt : comment nous sortir de là ?

  Une lutte s'organise, une lutte contre l'impensable, une pétition se met en place naturellement, des gens adhèrent, des idées fusent et des projets apparaissent, chacun veut apporter sa pierre à l'édifice et c'est maintenant l'esprit d'équipe et la convivialité qui reprennent le dessus !

  Tiens, le soir tombe, le coucher de soleil est beau, presque sans nuage...

Gilles